Cinquième confidence…

Ce n’est pas vraiment une confidence, mais plutôt un tête à tête entre nous. Il m’arrive souvent d’avoir besoin de faire le point. Je profite toujours du calme qui s’installe, à la nuit tombée, et je ferme la porte de ma chambre, qui reste d’habitude toujours grande ouverte. Je me mets alors une douce musique et je ferme les yeux. C’est loin d’être une véritable méditation, juste un flot de pensées que je cherche désespéramment à remettre dans le bon ordre. Je suis quelqu’un de plutôt actif et passionné, mais malgré mes journées bien remplies, le fait d’être sans cesse dans l’attente de notre départ n’est pas toujours simple à gérer pour moi. Je me sens, comme qui dirait, totalement spectatrice de mon destin.
Pourtant l’Irlande fait partie intégrante de ma vie aujourd’hui. Je regarde des reportages, des vidéos sur youtube, je n’ai de cesse de remplir mon carnet d’informations. La musique, les coutumes, le sourire de ce peuple, les moutons aussi! Tout me fascine! Mon bureau est entouré de cartes postales que Fanny a ramené de son dernier voyage en Irlande.
Malgré tout, je refrène énormément mes pensées. J’essaie d’être toujours d’humeur positive et console les enfants chaque fois que je sens que la tristesse les gagne. Je me dois de les rebooster, les secouer, les faire rire, mais je comprends tant leurs attentes.
Ma vie, notre vie est là bas. J’attends tant de mes rencontres, de mes échanges. Et alors, toujours les yeux clos, je nous vois, je me vois…

Je pleure et j’enlace mes petits. Nous posons enfin nos pieds en terres irlandaises.
Mes enfants courent au milieu des collines et sur les longues plages désertes.
Je me balade au cœur des forêts féeriques.
Je respire…enfin.

Mon thé réchauffe mes mains glacées car je viens de jardiner au dehors.
Je me balance sur ma terrasse observant le vol incessant des oiseaux.
Je tisse à l’air frais profitant d’une accalmie de pluie.
Nous ramassons de jolis galets, polis par l’eau marine, afin de les colorer.

Je discute avec ce vieil homme qui connaît tout de son village.
Je trie mes livres et arrange ma maisonnet.
Je visite sans cesse et sans relâche ce beau pays.
Je cueille de jolis bouquets de fleurs champêtres.

Je tricote près du poêle en écoutant mes enfants jouer de la musique.
Je photographie les irlandais, les musiciens, les agriculteurs, les artisans, les sourires que chacun d’eux m’offre.
Nous mangeons des « Fish and Chips » traditionnels.
Je marche des heures dans la nature.

Nous visitons le lac de la série « Vikings ».
Je cherche mes douces amies les fées.
Je cultive mon potager coloré.
Nous buvons une bière entre filles!

Je fabrique des ponchos.
Nous dansons sous la pluie, encore entre filles!
Je peaufine mon anglais.
Je vis….libre!

La forêt enchantée

Cette petite forêt, près de chez nous, est un lieu ravissant. Elle regorge de petits coins que les curieux que nous sommes, ne se lassent pas de découvrir. Nous aimons y passer du temps en toutes saisons, car le bois change. Tantôt coloré, tantôt humide, parfois ensoleillé, parfois plus sombre, il nous dévoile au cours du temps de nombreux secrets.
Il accueille de petits animaux, quelques rongeurs craintifs, de jolis écureuils roux, et bon nombre d’oiseaux. Heaven en profite toujours pour grossir sa collection de pommes de pin, de glands et ajoute, en cette nouvelles saison, de jolies feuilles orangées à son herbier.
Nous avons eu la chance d’avoir un Nathan courageux avec nous, qui nous a attrapé, avec technique, quelques écrevisses. ces petites bêtes aux pinces écarlates nous ont beaucoup impressionnées.
Après avoir trempé nos petits petons, nous avons même eu le temps de prendre de jolies photos au bord de la rivière. Je me suis bien amusée avec Marie, qui joue, de bon cœur, mon nouveau modèle!
L’ambiance était « merveilleuse » et l’on pouvait sentir que les fées nous observaient en riant gentiment…

Le sublime travail de Josephine Wall

Ce petit bout de femme, originaire du Surrey, dans le sud de l’Angleterre, a un talent fou. Jo, comme on l’appelle, amoureuse de la peinture et de la fantasy, a réussi à créer un univers enchanteur, où se mêle couleurs et êtres fantastiques. Mère de trois enfants, elle peint humblement ses œuvres sublimes à l’abri des regards, dans son grenier. La nature et son émerveillement se retrouvent alors encré pour toujours dans les toiles reflétant romantisme et surréalisme.

L’Irlande, une évidence!

1

Après de longs mois de recherches et de discussions, nous avons décidé de vivre à l’étranger. Nous avions prévu, au départ, de partir en Angleterre puis l’idée de poser nos valises définitivement en Irlande a été la plus forte. J’ai décidé de ne pas passer à coté de ma vie. Nous avons tendance à nous interdire des choses, à nous freiner dans nos élans, mais n’avons nous pas une seule vie à notre disposition? Longtemps, j’ai du apaiser, négocier, car lorsque l’on partage sa vie avec un binôme, il faut évidemment faire de nombreuses concessions. Mes envies de vivre ailleurs un autre destin ont souvent été étouffées, muselées jusqu’à disparaître au loin au fond de mon cœur. A présent, tout a changé! Les discussions sont plus claires, plus enivrantes. Les enfants ont ça de merveilleux, ils ont le don de croire et de rêver. Contrairement aux adultes qui sont souvent frileux et se posent mille questions, les plus jeunes ont cette naïveté qui ressemble à du courage. Nous partageons toujours nos avis. Nous nous écoutons les uns les autres et rien n’est imposé. Fanny, amoureuse de ces terres irlandaises, nous a depuis toujours vendues ces dernières. Au fil de mes recherches, et notre vie changeant peu à peu, j’ai reçu de plein fouet ce message: C’est là que nous devions aller. Notre besoin de nous retrouver dans la nature, notre envie de nous confondre avec ce peuple que le monde dit être un des plus accueillant sur notre planète, notre désir de vivre dans un nouvel habitat simple et chaleureux, notre bonheur de parcourir cette région aux décors époustouflants ont pris le pas sur d’autres interrogations. Il est curieux de constater combien ceux qui ont eu la chance de poser le pied en Irlande, reconnaissent avoir été totalement sous le charme de cette île. Tous concèdent à avouer que ce fut pour eux une expérience inoubliable. Il semblerait que ce pays soit magique. Son peuple y a gardé une authenticité, une rareté qu’il est tentant de partager. Maintenant que notre choix est définitivement posé, nous recherchons, et travaillons sur notre avenir. A moins d’une heure trente de Paris, notre voyage au pays des elfes est dans nos esprits enchantés.

2013-10-08-1CliffsofMoher

2

L’extrême gentillesse du peuple:
L’accueil des Irlandais est connu de par le monde. Un sourire agréable, un geste amical ou une aide précieuse apportée sans retour, les irlandais sont très courtois et toujours prêts à rendre service. La vie coule comme le lit d’une rivière. Néanmoins, ceux ci ne s’invitent pas forcément chez eux, mais préfèrent se retrouver autour d’un verre dans un pub. Cette manière de vivre nous correspond tout à fait. Bavards et aimant communiquer à souhaits, nous aimons aussi nous retrouver en toute tranquillité.

MI-Blarney-Castle-Stone-Tourism-Ireland

Les paysages époustouflants:
A chaque fois que je regarde des photographies de l’Irlande, je suis époustouflée par la beauté de ses paysages. Ses falaises, ses lacs, ses chutes d’eau, ses châteaux, ses vieilles pierres et sa verdure mais aussi son étonnante capacité à rester au plus près de la nature, en protégeant celle ci.

the-16-most-beautiful-sights-in-ireland

image

Le folklore local:
Le folklore irlandais est très riche. Ainsi créatures fantastiques, elfes avec les Tuatha Dé Danann, symboles et légendes se mêlent dans une folle ronde.

20140809_171410-21

I140505_150107_87640oTextCS_61277259 (1)

Une grande ouverture d’esprit:
En ça, le pays ressemble au Canada, ouvrant ses portes à tous ceux de bonne volonté qui voudront se donner de la peine à l’ouvrage. Sans être diplômés, vous pouvez là bas prétendre à accéder à de nombreux jobs. La ténacité et le courage priment sur le niveau d’études.

wicklow-view

I140505_145520_66833oTextCS_61277210

Le rêve est à portée de main, reste à nous y envoler…